Choisir la bonne douleur

choisir sa douleur
Sommaire

Les gens pensent souvent que les meilleures séances d’entraînement causent le plus de douleur et de courbatures.

Ou que les régimes les plus efficaces entraînent le plus d’inconfort et de misère.

Pourquoi croyons-nous qu’une meilleure santé nécessite une souffrance constante ?

Le changement peut être associé à la douleur, mais il ne se mesure pas en courbatures ou en restrictions.

Certaines séances d’entraînement vous feront souffrir. Certains régimes vous donneront faim. Mais, ces ajustements devraient être – pour la plupart – temporaires.

Lorsque vous partez de zéro, que vous commencez un nouveau régime ou que vous avez pris un congé, presque tout ce que vous faites peut créer des frictions ou un inconfort. Et ce n’est pas grave.

La croissance est un sous-produit de l’adaptation. Vous êtes fait pour vous adapter, apprendre, vous améliorer et devenir plus efficace. C’est une partie de l’évolution.

Mais, lorsque vous évoluez, la difficulté devient familière. C’est ainsi que l’on survit et prospère.

Si vous vivez dans l’obscurité, allumer une lumière est douloureux.

Mais, cela ne signifie pas que vous êtes destiné à rester dans l’obscurité.

Une fois que vous êtes suffisamment dans la lumière, la clarté est un soulagement bienvenu, pas une réaction brutale.

La douleur que vous voulez vient sous la forme d’une prise de conscience.

Lorsque vous êtes sur le bon chemin, vous voyez clairement – et cela peut piquer.

QUAND VOUS ÊTES SUR LE BON CHEMIN, VOUS VOYEZ CLAIREMENT – ET CELA PEUT PIQUER.

Vous reconnaissez les mauvaises habitudes que vous avez prises, la santé que vous avez négligée ou le temps qui s’est écoulé sans que vous agissiez.

Une fois que vous vous adaptez au changement – comme vivre dans la lumière – la douleur disparaît. Votre prise de conscience apaise.

Un bon changement réduit la douleur.

Les mauvais changements vous maintiennent dans la douleur.

Si tout ce que vous faites provoque de la douleur, alors vous n’avez pas trouvé la lumière. En fait, vous vous enfoncez encore plus dans l’obscurité.